Alliance Francaise de Sydney - La renverse

La renverse

"Ce n'est qu'au moment d'entrer dans le bar-tabac que la nouvelle m'a vraiment heurté, qu'elle a commencé à filer le tissu du drap que je tendais depuis des années sur cette partie de ma vie. J'ai demandé deux paquets de cigarettes, salué les habitués du plat du jour. Au-dessus des tables, un téléviseur s'allumait sur une chaîne d'information en continu. A l'instant où j'y ai posé les yeux, le visage éminemment télégénique de Jean-François Laborde s'est figé sur l'écran. J'ai demandé qu'on augmente le volume. On annonçait son décès dans un accident de voiture. Suivait un rappel succinct de sa biographie. Fugacement, la pensée, absurde étant donné le temps accordé à l'information, qu'il n'avait pas été fait mention de ma mère m'a traversé l'esprit.”

 


It was only when I entered the bar that the news really hit me, that it really started to break through the fabric of the curtain I had drawn on that part of my life over the years. I bought two packets of cigarettes and greeted the regular customers. A TV was showing a news channel over the tables. When the telegenic face of Jean-François Laborde appeared on the screen I asked to turn up the volume. He’d died in a car accident. His biography followed. An absurd thought crossed my mind fleetingly – that they had made no mention of my mother.